Le foodporn à l’honneur au Royaume-Uni

foodporn

À Londres, une enseigne de restauration dispense ses clients du paiement de l’addition s’ils acceptent de jouer un jeu un peu spécial. Celui-ci consiste à prendre leurs plats en photos, à poster les clichés sur les réseaux sociaux et à les taguer avec des hashtags bien précis.

Bird Eyes encourage la photographie culinaire sur les réseaux sociaux

Bird Eye, marque britannique de surgelés, a créé un pop up restaurant sous l’enseigne The Picture House. C’est là que l’enseigne organise l’opération baptisée paye-par-photo, initiée dans le cadre de sa campagne marketing Food of Life. Durant tout le mois de mai, l’établissement sera dans la capitale britannique avant de déménager à Manchester et Leeds. Ce restaurant éphémère affiche une particularité. À la différence des autres établissements qui n’apprécient pas tellement le foodporn, allant jusqu’à interdire l’accès en salle des appareils photo, The Picture House a pris le parti de profiter des avantages du concept. L’enseigne va même jusqu’à l’encourager en offrant un repas à tous les clients qui postent les photos prises sur leurs comptes Instagram et Twitter en les accompagnant d’un hashtague bien défini. Cette précision est essentielle, car il y a actuellement trop de hashtagues en concurrence sur le net. Selon le blog de Web.Stagram, 103 millions de photos sont titrées avec #food, 33 millions avec #yummy, 27 millions avec #foodporn et 24 millions avec #instafood. D’où l’obligation d’utiliser le bon hashtag, ce qui favorisera la visibilité de Bird Eye et de son restaurant sur les réseaux sociaux.

Un protocole paramétré avec précision pour assurer la visibilité des photos

Pendant leur repas au The Picture House, les clients sont conviés à photographier les contenus de leurs assiettes avec leur Smartphone, puis à partager les photos sur leur profil Instagram. Le repas se composant de deux plats, il faut donc au minimum deux clichés postés. De plus, chaque photo doit contenir le hashtague #BirdsEyeInspirations. Lorsqu’un client respecte la procédure à la lettre et ne commet aucune erreur avec l’orthographe du hashtague, son repas lui est offert. Et voilà comment, à l’ère d’internet, des réseaux sociaux et des Smartphones, on peut profiter d’un repas gratuit. En tout cas, l’opération rencontre un grand succès comme en témoigne le nombre phénoménal de photos publiées sur Instagram.

A lire également :


Commenter via Facebook

Commenter